Écrire à partir d’une citation

Virginie Despente (livre : baise-moi) :
“Au début, on croit mourir à chaque blessure. On met un point d’honneur à souffrir tout son soûl. Et puis on s’habitue à endurer n’importe quoi et à survivre à tout prix.”

Mais elle ne pouvait passer son temps à endurer, à survivre et à lutter. Non le coup qui ne tue pas ne rend pas plus fort. Et si elle continuait à subir, elle ne donnerait pas un sou pour sa vie. Elle se jetterait du dernier étage du premier immeuble croisé. Les destins de femmes sont merdiques, il y a peu de femmes dont elle enviait la vie ; ou c’est trop plat que toute palpitation y glisse et tombe au fond d’un puits. Ou ce sont tellement des hauts et des bas que la vie avait des allures de séance de sport sans fin à monter et descendre. Descendre est rapide et douloureux, monter est pénible et fastidieux. Il y a des coups de la vie qu’on ne peut éviter. On ne peut rien quand un être cher s’en va, la mort remporte ces batailles-là. Mais il y a des coups qu’on peut esquiver, d’autre qu’on peut rendre et tout ceux qu’on peut guérir.
Elle ne veut être ni victime, ni bourreau. Heureusement que la vie est plus large que ces deux schémas. Heureusement qu’on peut avoir été victime et ne plus l’être. Heureusement que le présent n’est pas une translation du passé.

2 commentaires sur “Écrire à partir d’une citation

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :