Attentes

A qui attend l’autre
Attendra même lorsqu’il viendra
L’attente n’est pas de l’autre
L’attente est lettre morte
L’attente est mirage
Et la douleur est bien réelle
Le doute répond à l’appel
La colère accompagnée de tristesse accourent
Les fausses grandes questions
S’attablent
Dévorent  l’énergie
du pauvre en attente
Elles narguent sa naïveté
Pleurent de ses souffrances
Comme un cousin lointain
À l’enterrement du vieux oncle
L’attente s’attend
Elle attend que l’autre part
Pour attendre
Et s’attendre  infiniment
Et souffrir inlassablement
Ainsi va l’attente
Tel un voyageur
Prêt à partir
Assis sur le banc
D’une gare déserte
Des bancs poussiéreux
Des quais  arides
Des trains fantômes
Passent des fois, toujours sans arrêt
Quand la vision flanchât
L’œil aussi attend
et à rêvasser
Finit par voir
pour ne pas se lasser

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :