Règles, devenir de femme et liberté

Mes règles étaient liées à la colère. Une colère noire où j’avais envie de me taper la tête contre les murs, de me désintégrer.

Cela  remonte à mes premières règles, quand ma vie d’enfant libre a été bousculée par mon devenir de femme. j’étais passée de cet enfant insouciant, qui se balladait partout dans le village , dans les champs, qui faisait des expériences du matin au soir. J’étais passée à une jeune fille cantonnée à la maison, emprisonnée -je croyais- par et dans ma féminité et par la société. j’ai haï cette situation sans y mettre de mots, sans vouloir être un garçon, mais en enviant rageusement à mes frères de continuer à être des électrons libres, pendant que moi j’ai été stoppée au début du chemin, je suis devenue spectatrice de leur liberté qui me narguait. Une part de ces murs sont restées en moi longtemps, certains je les ai démoli, d’autre résistent certainement encore.

Je me demande combien de filles ont vécu ce traumatisme, être brutalement privées de leur liberté sans préavis, sans explications, et ce sang coulant de leurs entrejambes, telle une blessure, la blessure d’une privation de liberté, au lieu de célébrer son devenir  femme.

Aparté : si vous en avez l’occasion, regardez le film  : Vierge sous serment. C’est le parcours d’une femme qui renonce à sa féminité pour devenir libre, et sa prise de conscience de l’indivisibilité de son être qui est féminin et libre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :